Archives de la catégorie ‘Albums’

Le chanteur britannique revient avec son second album où il transporte sa pop acoustique plus loin que jamais, avec beauté et maîtrise.

Trois ans après The Morning, Lewis Watson revient aujourd’hui dans les bacs avec son second album Midnight. Si l’artiste a séduit un grand nombre d’internautes en mettant en ligne des reprises acoustiques mais aussi et surtout de la maison de disques Warner chez qui il sort dès 2012, 5 EP et un premier opus, le britannique de 24 ans va plus loin avec Midnight, en explorant tout son potentiel.

De ses expériences scéniques en faisant les premières parties de Coldplay, Kodaline ou encore Lianne La Havas, se produisant dans les quatre coins du monde affichant des concerts complets et jouant dans des festivals prestigieux et de ses influences telles que Coldplay et Bon Iver, Lewis Watson nous fait vivre un moment intense, riche et somptueux, ayant eu la belle idée d’enregistrer cet album dans les conditions du live, en deux semaines seulement, entouré de musiciens.

Son dernier clip et quatrième extrait du disque Deep The Water, après Maybe We’re Home, Hello Hello et Little Light nous imprègne de cette atmosphère live qui règne dans Midnight.

Ce nouvel album est à écouter jusqu’à la dernière seconde, le disque comprenant une chanson cachée, le titre éponyme de celui-ci, apparaissant quelques minutes après le dernier morceau en duo avec Lucy Rose.

L’auteur-compositeur-interprète présentera ses nouveaux morceaux lors d’une tournée européenne qui passera le 10 avril prochain par le Pop Up du Label à Paris.

Octave Noire sortira son premier album Néon le 20 janvier prochain. Un opus réussi aux morceaux accrocheurs et captivants.

octave-noire-neon

Octave Noire, c’est la révélation du moment. L’artiste a fait une entrée remarquée dans le paysage musical, à la fin de l’été dernier, avec Un nouveau monde. Un premier single au titre bien choisi qui nous fait entrer dans son univers, dans un tout autre monde, comme l’album entier, séduisant du début à la fin. C’est aussi ce morceau qui ouvre cet opus, Néon, et qui donne immédiatement envie d’en entendre davantage et c’est tant mieux puisqu’il y en a encore huit autres pour se délecter de cette merveille.

Octave Noire propose une musique électro pop, dont on pense à Jean-Michel Jarre en l’écoutant mais est loin de faire dans l’imitation. Jarre a longtemps bercé les oreilles d’Octave Noire puisqu’il l’écoutait adolescent. Sans doute un apprentissage à la musique, alors l’élève dépasserait-il le maître ?

Quoi qu’il en soit, l’artiste sait manier les synthétiseurs, faire des mélodies accrocheuses et poser des textes inspirés chantés en français et en anglais avec une voix grave. On baigne dans différentes atmosphères. D’espoir avec My Hand In Your Hand ou plus sulfureuse, d’une nuit d’insomnie hantée par le désir avec La neige en été et l’un des meilleurs morceaux de l’album.

Octave Noire sait où nous emmener et nous transporter. On se laisse guider les yeux fermés par ce lumineux Néon qui sortira le 20 janvier et à découvrir en live le 23 février au Nouveau Casino à Paris ou encore le 16 juillet au festival des Vieilles Charrues à Carhaix.

Découvert lors de la cinquième saison de The Voice, Sweem revient avec un premier EP pop-folk très prometteur, Un matin d’hiver.

sweem

Difficile d’oublier certains candidats du télé-crochet The Voice dont c’est le cas de Sweem. C’est cette année que l’on a découvert ce chanteur parisien sur TF1 dont le grain de voix si particulier avait suscité la curiosité chez Mika et Zazie, lors des auditions à l’aveugle, en reprenant à sa manière Big Jet Plane d’Angus et Julia Stone. Aujourd’hui, il nous fait découvrir plus longuement son joli timbre et ses compositions avec son premier EP.

L’artiste nous dévoile ainsi Un matin d’hiver, disponible depuis vendredi 18 novembre, six titres pop-folk mais aussi aux touches électro comme en témoignait le premier single paru au printemps, Lola & Lou dans lequel Sweem séduit par des sonorités proches de Milky Chance et d’Angus et Julia Stone. Avec cet EP, on entre dans son univers et on se laisse doucement porter par cette voix singulière et des tendres mélodies. Sweem nous offre aussi ses interprétations personnelles et revisitées avec goût de Big Jet Plane et d’Elisa de Serge Gainsbourg.

L’auteur-compositeur-interprète sort un EP réussi, chanté en français et anglais pour bercer nos doux matins d’hiver à venir.

Pauline Croze reviendra dans les bacs le 27 mai avec son quatrième album Bossa Nova. Onze reprises dans ce style musical brésilien pour un doux moment d’évasion.

Pauline Croze Bossa Nova

Alors que résonne encore dans les têtes son morceau T’es beau avec lequel on l’a découverte il y a déjà onze ans et son style pop-folk, que la chanteuse prend le large pour nous proposer tout autre chose. Quatre ans après Le prix d’Eden, Pauline Croze s’apprête à sortir son quatrième album, Bossa Nova, dédié à ce genre musical mais pas choisi au hasard. « La bossa m’attire depuis longtemps. Le point de départ, ce fut Orfeo Negro, un film que j’ai vu à 17 ans : la bande-son et la danse, la favela fantasmagorique et les allégories sur la mort… » Le résultat ce sont onze titres connus de tous, Tu verras, Essa Moca Ta Diferente, Jardin d’hiver, … chantés en français et en brésilien avec toujours cette voix voilée et subtilement revisités pour nous emmener sur une plage à Rio. Pauline Croze nous en a déjà dévoilé un peu, le mois dernier, avec le premier extrait Voce Abusou (Fais comme l’oiseau – Michel Fugain).

Pauline Croze

La chanteuse ose toucher à ce répertoire comme elle ose s’entourer de grands artistes brésiliens pour s’offrir trois duos, Bruno Ferreira, Vinicius Cantuaria et Flavia Coelho, sa soeur d’âme : « J’aime sa voix. Elle m’aide à équilibrer la mienne. » Et c’est très réussi, comme la totalité du disque que le public pourra découvrir dès le 27 mai et en live au Café de la Danse à Paris le 16 juin.

Trois ans après To Win The World, Puggy fait son retour avec un quatrième album aux sonorités différentes que les précédents mais toujours aussi réussi.

Puggy

Après avoir fait découvrir en live à ses fans quelques-uns des nouveaux morceaux de Colours, à travers sa tournée déjà démarrée, Puggy sort enfin ce nouvel opus. Le trio belge arrive à chaque album à nous emmener ailleurs, avec sa musique, en toute simplicité. Colours enregistré entre Londres et Bruxelles ne déroge pas à la règle, superbe avec ses titres aussi différents les uns que les autres et ses mélodies toujours aussi parfaites et entêtantes.

Soul nous donne envie de bouger quand la ballade poignante This Time nous donne des frissons. Le premier extrait du disque Lonely Town se veut planant, You Are dansant avec ses touches électro et Gods Could Give envoûtant tout en nous procurant un moment d’émotion. L’album entier est un petit bijou, tous les titres se valent et feraient de bons singles.

Et après avoir enflammé la Maroquinerie à Paris durant cinq soirs, Puggy fera son retour dans la capitale française le 31 janvier 2017, à l’Olympia, mais avant cela se produira à Bruxelles, au Cirque Royal le 14 mai, à l’Ancienne Belgique le 15 mai (complets) et le 9 décembre au Forest National.

Le chanteur australien publiera son premier et superbe album pop folk The Art of Escape vendredi prochain, porté par les singles The Real et Rusty.

Hein Cooper

Découvert par le gérant de Half Moon Run, Franz Schuller, alors qu’il jouait dans un petit bar de Sydney, Hein Cooper nous donnait un avant-goût de son talent et de sa musique, l’an dernier, avec un premier EP éponyme, annonciateur d’un disque disponible en France dès le 15 avril, un mois après sa sortie australienne.

The Art of Escape a été enregistré et réalisé à Montréal par Marcus Paquin qui a travaillé notamment avec Local Natives, Arcade Fire et The National mais porte surtout un titre qui colle parfaitement à ce que l’on entend. Envoûtant et planant avec ce mélange de pop et de folk pour un pur moment d’évasion.

L’auteur-compositeur-interprète de 24 ans nous parle de désir (All My Desires), d’amour (Water), de rupture (Curse My Life) à travers des textes émouvants et une voix de velours mais aussi de changement, de transformation et d’escapade reflétés dans le morceau qui donne son nom au disque et single avec lequel il s’est fait connaître sur son EP. Sa guitare acoustique douce et légère nous transporte dès les premières notes de l’album mais laisse volontiers sa place à des touches électro comme dans le premier single extrait, The Real.

The Art of Escape est un plaisir sans fin que l’artiste présente actuellement sur scène avec une tournée. Il se produira d’ailleurs en France le 11 mai prochain, au Point Ephémère à Paris.

Trois ans après son dernier album éponyme, Gérald De Palmas fait son retour avec La beauté du geste, un très bon septième album studio pop-folk.

De Palmas

De Palmas fera son retour dans les bacs le 1er avril avec son nouvel opus La beauté du geste, l’un des meilleurs de sa carrière. L’auteur-compositeur-interprète nous séduit tout au long du disque avec des thèmes forts et des paroles percutantes portés par des mélodies entêtantes. On y retrouve l’élégance de ses musiques et le charme de sa voix. Du premier single extrait racontant une histoire d’amour dont la vengeance et à la violence prennent le dessus sur les sentiments (Il faut qu’on s’batte) à des chansons douces et touchantes (La beauté du geste, Rose pleure, Ma p’tite reine) en passant par des morceaux plus surprenants. L’artiste ose le changement avec deux titres aux sonorités électro et plus parlés (Mêmes causes mêmes effets, T’es belle à en crever) mais aborde aussi des sujets inattendus tel que les effets de la nicotine (J’ai envie de toi).

De Palmas signe un nouvel album efficace enregistré dans les conditions du live, entre La Réunion et Paris. On retrouve le chanteur du début des années 2000 avec notamment son disque Marcher dans le sable, malgré une évolution musicale. Sa voix toujours aussi parfaite se pose tout en légèreté sur les dix titres qu’il a entièrement écrits et composés et dans lesquels il se livre et exprime ses sentiments.

La beauté du geste sera porté sur scène lors d’une tournée qui démarrera le 2 novembre à travers la France et la Belgique. L’interprète de J’en rêve encore se produira notamment le 25 novembre à La Cigale à Paris et le 27 janvier 2017 au Cirque Royal à Bruxelles.