Le chanteur écossais fera son entrée dans les bacs à l’automne prochain avec son premier album qui sortira pour le début de sa tournée.

La révélation du moment, Tom Walker, nous dévoilera enfin son premier effort, attendu par de nombreux fans l’ayant découvert l’an dernier. Le chanteur de 26 ans qui après avoir sorti en 2017 son EP Blessings et fait de nombreuses premières parties s’est surtout fait remarquer avec son single qui passe en boucle sur toutes les radios, Leave A Light On. Personne n’est passé à côté de ce tube d’une musique des plus accrocheuses porté par un timbre de voix chaud et unique.

L’auteur-compositeur-interprète fera ainsi découvrir son univers pop-rock le 12 octobre prochain avec What A Time To Be Alive. Un premier album qui sort pour le lancement de sa tournée anglaise. Tom Walker n’en n’oublie pas pour autant ses autres fans puisqu’il présentera également ses chansons lors d’une tournée européenne dès le mois de novembre et sera notamment le 25 novembre aux Docks de Lausanne, le 27 novembre au Botanique Orangerie à Bruxelles et le 29 novembre à La Cigale à Paris.

Dans la foulée, l’artiste sort son nouveau single My Way et second extrait de What A Time To Be Alive. Un titre dans la lignée de son morceau précédent, vibrant et accrocheur.

Publicités

L’ex-batteur de Supergrass revient ce 22 juin dans les bacs avec son nouvel album Schtick ! aux mélodies accrocheuses et aux rythmes entraînants.

Trois ans après Take Your Jacket Off And Get Into It paru sous le nom de Van Goffey, Danny Goffey revient sous son vrai patronyme avec un second disque solo qui nous fait démarrer l’été avec beaucoup d’énergie.

Le britannique nous transporte dès les premières secondes du morceau d’ouverture Let It Happen et on laisse faire la magie des mots et des notes de l’ex-Supergrass nous dévoiler l’univers de ce nouvel album. On est plongé dans une ambiance très années 70 mais à la fois tellement moderne. L’artiste aborde tous les thèmes dans ce disque, la religion (Ancient Text), des vacances ratées (Sick Holiday), la violence (Buzzkiller) ou encore la paranoïa (Psychomental) le tout sur des riffs de guitare accrocheurs et des rythmes dansants. Si l’album est des plus convaincants du début à la fin, certains titres se démarquent à l’image de I’m Done (Trying To Be Young) avec sa mélodie envoûtante et entêtante et Television aux allures post-punk.

Un album au son très british qui nous laisse à aucun moment nous reposer. Il y a du David Bowie, The Kinks, du Franz Ferdinand et même du Supergrass dans ce nouvel album power pop lumineux mais il y a surtout du Danny Goffey qui nous fait une belle démonstration de ce qu’est la vie en solo après une longue carrière dans un groupe à succès. Schtick ! qui sort dans les bacs demain fait un bien fou et s’écoute en boucle !

Le chanteur britannique fait son retour et dévoile le clip de son nouveau single séduisant et mélodieux.

Deux ans après la sortie de son second album Wrong Crowd, Tom Odell revient et dévoile son nouveau single dans la lignée de ses précédents morceaux. En 2012, on découvrait le talentueux artiste avec le titre prenant Another Love, son premier tube, enchaînant les succès par la suite que ce soit avec ses singles ou avec ses deux albums Long Way Down et Wrong Crowd qui lui ont permis de vendre plus de 1,8 millions d’albums et 10 millions de singles dans le monde entier.

Aujourd’hui, le chanteur de 27 ans fait son comeback et nous présente If You Wanna Love Somebody. Une chanson qui nous séduit dès les premières notes de piano mais qui surtout nous fait passer par toutes les émotions, sourire, larmes, frissons, Tom Odell n’a rien perdu de la sensibilité qu’il dégage dans sa voix et dans ses mélodies. If You Wanna Love Somebody est une chanson d’amour passionnée et conçue autour de l’histoire d’une relation brisée. Tom Odell revisite une fois de plus le thème de son tout premier single qui a marqué le public. Le morceau est écrit par lui-même qu’il a également coproduit avec l’aide de Ben Baptie. Ce nouveau titre annonce ainsi la sortie prochaine d’un troisième album qui devrait lui aussi connaître le même succès que ses deux premiers opus mais avant cela, l’artiste sera à retrouver tout l’été dans les festivals open air. Il se produira notamment ce soir au Festivalpark Werchter à Werchter en Belgique ou encore le 25 juillet au Blue Balls Festival à Lucerne en Suisse.

En pleine tournée, le guitariste de Thirty Seconds To Mars annonce son départ sur les réseaux sociaux.

En mars dernier, le groupe américain démarrait par l’Europe son Monolith Tour et les fans n’ont pas échappé à quelque chose sur scène, l’absence de Tomo Miličević. Bien des questions se sont posées autour de cette absence restées sans réponses jusqu’à aujourd’hui, le guitariste ayant publié sur son compte Twitter une lettre dans laquelle il annonce son départ : « Je ne sais pas vraiment comment expliquer dans une lettre comment j’ai pu prendre une telle décision, mais croyez-moi quand je dis que c’est la meilleure chose pour moi et pour le groupe. »

Si le musicien n’explique pas les raisons de ce départ, il s’adresse plus loin dans sa lettre à Jared et Shannon Leto avec des mots tendres pour eux : « Je voudrais remercier Jared et Shannon pour m’avoir donné le privilège de faire partie de leur rêve et de partager la scène avec eux pendant si longtemps. »

Un coup dur pour les fans, Tomo Miličević jouait depuis 2003 au sein de Thirty Seconds To Mars et avait enregistré quatre albums dont America paru le 6 avril dernier. Le désormais duo qui ne s’est pas encore exprimé là-dessus, poursuit sa tournée et sera notamment le 17 août à l’Open Air Gampel en Suisse, le 18 août au Brussels Summer Fest en Belgique ou encore le 25 août au Rock en Seine à Paris.

Le duo caennais Noroy fait son arrivée sur la scène électro-pop avec un premier titre frais et estival Thinking.

Noroy sort le single Thinking et nous séduit d’entrée avec ce premier titre. Clément Mouillard et Brice Lebel, amis de longue date, forment ce duo et semblent avoir trouvé la bonne formule pour nous captiver avec une électro-pop colorée, entêtante et dansante et ne font pas les choses à moitié, étant tous deux multi-instrumentistes et chanteurs. Les deux artistes créent un univers irrésistible alliant électro, pop et ambiance aérienne comme on peut le découvrir avec Thinking.

Le titre nous est dévoilé à travers une vidéo live au décor exceptionnel, tournée au Château de Caen où l’on va de surprise en surprise. Variations vocales et large palette d’instruments et de sonorités, le duo très à l’aise assure que ce soit en studio ou en live en nous dévoilant ses multiples talents.

Thinking vibrera vos soirées d’été et Noroy fera rapidement partie de ces visages de la scène électro-pop française dont on ne pourra plus se passer.

The Script se produisait pour la première fois au Caribana Festival au port de Crans-près-Céligny à Nyon et avait l’honneur de refermer cette édition 2018 avec un concert énergique et saisissant.

Les suisses ont enfin eu droit à leur séance de rattrapage, suite à l’annulation en mars dernier du concert des irlandais à Zürich pour des raisons de santé du chanteur. C’est donc le Caribana Festival mais surtout la Suisse romande, un côté du pays où ils se font rare, qu’ils se sont produits ce samedi 9 juin et autant dire qu’ils étaient très attendus.

Le concert démarre fort avec Superheroes, Rock The World et Paint The Town Green où sur ce dernier les confettis viennent peindre la petite ville de Nyon en vert. Seulement trois premières chansons qui ont suffi à étonner le groupe de ressentir déjà tant d’amour de la part de son public suisse mais un amour qui va dans les deux sens. Les irlandais se montrent proche des leurs fans. La communion est totale, l’ambiance ne retombe à aucun moment et « l’énergie ne meurt jamais », si bien que The Energy Never Dies est interprété au milieu de la foule par un Danny O’Donoghue qui n’hésite pas à faire plaisir aux spectateurs.

Le trio interprète quelques-uns des meilleurs morceaux du dernier album Freedom Child ainsi que ses singles, Wonders, Rain, Arms Open, No Man Is An Island mais passe en revue aussi ses anciens disques avec une setlist bien conçue, No Good In Goodbye, Nothing et les très attendus The Man Who Can’t Be Moved et Hall Of Fame et plus la soirée défile, plus on assiste à un concert qui se démarque des précédents du festival. La pluie de confettis refait son apparition à deux autres reprises encore, le chanteur redescend de scène et l’échange avec le public se fait de plus en plus fort.

The Script a littéralement retourné le Caribana et se produisant en fermeture du festival s’est même autorisé à prolonger son show de 15 minutes. Un concert grandiose pour une magnifique fin de soirée et de festival.

Le chanteur britannique démarrait ce 7 juin sa tournée estivale et faisait honneur à la Suisse pour sa première date dans le cadre du 28ème Caribana Festival pour un moment de délicatesse et d’émotion.

Passenger faisait son retour au Caribana Festival, au port de Crans-près-Céligny à Nyon, quatre ans après son premier passage et ne cachait pas son bonheur d’y revenir. L’artiste aussi lumineux que sa musique avait même emmené avec lui en ce 7 juin quelques éclaircies, après plusieurs soirées consécutives pluvieuses, ce qui l’interpella, « il ne pleuvra pas ! »

Passenger était très attendu hier soir pour cette nouvelle tournée des festivals open air avant la sortie de son nouvel album Runaway le 31 août prochain. Une tournée estivale qu’il a démarré pas cette date suisse avec sa bonne humeur, son humour mais surtout seul avec sa guitare. Il est rare d’assister au concert d’une tête d’affiche dans ces conditions où seul un micro est posé au milieu d’une grande scène mais comme l’a dit le chanteur lui-même, Passenger c’est lui, Mike Rosenberg et on aurait pu le croire un peu perdu au milieu de cette scène vide mais non, le britannique à cette force d’envahir l’espace par sa musique et son talent. C’est donc sans ses musiciens que le chanteur se produit pour un moment acoustique, doux et captivant. Les fans retrouvent une belle setlist dont le très attendu Let Her Go, le premier single extrait de son prochain disque Hell Or High Water ou encore une reprise de Simon and Garfunkel, The Sound Of Silence. L’artiste est en totale osmose avec son public, ce dernier est pendu à ses lèvres, rit à ses blagues et répond à toutes ses demandes.

Une petite heure de concert seulement mais ce moment acoustique inattendu a séduit tout le monde dès les premières secondes. Passenger a embarqué le public suisse par la seule force de sa douce folk et de sa voix unique qui transmet tant d’émotions.