Deux mois après la sortie du single Je joue de la musique, premier extrait de son septième album studio, le chanteur y dévoile son clip très énergique.

En avril dernier Calogero faisait son retour avec le premier single extrait de son nouvel album Liberté Chérie, attendu dans les bacs le 25 août. L’artiste nous faisait découvrir Je joue de la musique, un titre efficace, entraînant et un brin rétro dans lequel il déclare son amour pour son métier la musique, sa passion.

Alors qu’il y a quelques jours, l’interprète de C’est dit dévoilait la pochette, le nom et la date de sortie de son septième album studio, c’est aujourd’hui au tour du clip de son nouveau single d’être dévoilé. Une vidéo énergique et aussi rythmée que le morceau.

Un septième album studio qui se dévoile de plus en plus. Trois ans après Les feux d’artifice certifié disque de diamant avec 700’000 exemplaires écoulés, les fans de Calogero pourront découvrir ce nouvel effort très attendu et qui s’annonce déjà bon avec ce premier single qui donne le ton.

Le groupe australien Parcels fera danser les festivaliers du Paléo Festival de Nyon, le mois prochain, avec son électro-funk langoureux.

Leur nom signifie « colis » en anglais et s’en est un joli que le Paléo offrira à ses festivaliers, cet été, avec Parcels. A un peu plus d’un mois de sa 42ème édition, le festival rajoute à sa riche programmation ce nouveau groupe. Les cinq australiens chevelus et aux bonnes têtes de surfer ont déjà tout compris à la musique et ils n’ont que 20 ans ! Parcels, c’est Daft Punk qui aurait croisé Chic, les Bee Gees, Frank Ocean ou encore Steely Dan.

Originaires de Byron Bay où ils se sont rencontrés au lycée puis exilés à Berlin, Patrick Hetherington, Noah Hill, Anatole Serret, Louie Swain et Jules Crommelin ont un style bien à eux et pas qu’au niveau du look. Ces cinq-là surfent sur la vague électro-funk pour un ensoleillement total, toute l’année.

2017, l’année des Parcels. Leur EP Hideout est paru le 27 janvier et sont déjà programmés dans de nombreux festivals open air dont s’ajoute aujourd’hui le célèbre festival suisse, le Paléo. Les performances scéniques de ces jeunots, d’une efficacité déroutante, transpirent la maturité. Idéal pour se mettre en jambe en début de soirée. À ne pas rater le vendredi 21 juillet !

Le festival est complet depuis le 5 avril mais il reste encore des moyens d’obtenir des billets. La bourse aux billets sur le site du Paléo et les 1500 billets qui ont été réservés pour chaque soirée. Ils seront en vente chaque jour du festival dès 9h sur le site internet du Paléo, ainsi que dans les points de vente Ticketcorner.

Jaylis revient avec un troisième album à la folk douce et légère porté par le premier extrait Come On.

Après deux albums Flowers (2013) et My Lonely Shadow (2015), la chanteuse Jaylis fait son retour en formule trio pour un troisième opus paru le 12 mai dernier. La Suissesse Sandra Loerincik Barrat qui se cache derrière ce nom de scène dont la voix et la musique racontaient déjà beaucoup sur ses précédents albums nous fait découvrir d’autres possibilités de son univers avec Revelation. D’abord en mêlant sa voix à celle de Cynthia Berney puis en y rajoutant la contrebasse de Lionel Baud pour un résultat doux et acoustique le tout enregistré dans un ancien four à pain d’Yverdon à l’atmosphère particulière.

On y trouve de la douceur et beaucoup de subtilité à travers les 10 titres de Revelation. Les deux voix féminines se mélangent avec naturel et élégance et on se laisse bercer par ce disque frais comme une brise légère d’un soir d’été caressant la peau. Paru le 12 mai dernier, ce nouvel album contient le single extrait Come On et est disponible sur les plateformes de téléchargement et en commande sur le site officiel de Jaylis.

Retrouvez Jaylis en concert en Suisse, le 19 août au Café & Bar Barock à Soleure, le 28 septembre à l’Arantèle à Rolle, le 27 octobre à l’Espace l’Aurore à Sorens et le 24 novembre à la Galerie PEMimages à La Sarraz.

Le concert caritatif d’Ariana Grande sera retransmis en direct sur la chaîne française TMC où la chanteuse sera entourée de nombreux artistes.

Près de deux semaines après l’attentat de Manchester survenu à la sortie du concert d’Ariana Grande le 22 mai et qui a fait 22 morts et 59 blessés, la chanteuse donnera un concert caritatif afin de lever des fonds pour les familles des victimes.

Dans une lettre émouvante publiée sur les réseaux sociaux, il y a quelques jours, l’interprète de One Last Time a présenté ses condoléances aux familles des victimes et déclarant : « Personne ne pourra soulager la douleur que vous ressentez. Mais je mettrai mon coeur et tout ce qui est en mon pouvoir pour vous aider d’une quelconque façon. » et poursuivant qu’elle ne « cédera pas à la peur ».

C’est ainsi que dimanche 4 juin, l’artiste de 23 ans retournera à Manchester afin d’investir le Stade Old Trafford pour un hommage au peuple britannique, devant 50’000 spectateurs dont les fans présents à son concert du 22 mai dernier, invités à y assister gratuitement. Pour ce concert baptisé One Love Manchester, Ariana Grande ne sera pas seule, beaucoup d’artistes ont également tenu à témoigner leur soutien, Justin Bieber, Coldplay, Katy Perry, Miley Cyrus, Pharrell Williams, Usher, Take That, Niall Horan, Robbie Williams, Little Mix et les Black Eyed Peas. Le show sera retransmis à la radio et à la télévision britannique sur la BBC mais aussi en France, sur la chaîne TMC, qui le diffusera en direct à 20 heures.

Tous les bénéfices de la soirée seront reversés au fonds d’urgence We Love Manchester. La billetterie a affiché complet en quelques minutes seulement.

Suspendue dans un premier temps, la tournée Dangerous Woman d’Ariana Grande reprendra le 7 juin à l’AccorHotels Arena à Paris. Une ville également trop meurtrie par le terrorisme et donc un retour sur scène qui s’annoncera émouvant.

Le groupe toujours sur scène avec sa tournée anniversaire 20 Years of Placebo, offre un nouveau cadeau à ses fans, le clip du titre Life’s What You Make It.

Les britanniques ont démarré l’an dernier la superbe tournée célébrant leur 20 ans de carrière, un anniversaire qu’ils fêtent aussi avec la sortie de nouveaux titres.

Le désormais duo publiait en octobre dernier le double best of A Place For Us To Dream incluant les tubes The Bitter End, Special Needs, This Picture ou encore Infra-Red mais surtout l’inédit Jesus’ Son qui fut bien évidemment paré d’un clip pour promouvoir cette sortie. Ne faisant pas les choses à moitié et comme on a pas tous les jours 20 ans, Placebo sortait également le même jour que cette compilation, l’EP Life’s What You Make It et c’est le clip de son titre éponyme que le groupe nous présente aujourd’hui. Une bonne reprise de Talk Talk, où la voix si particulière de Brian Molko rend cette version très intense.

Une vidéo engagée dénonçant le travail à Agbogbloshie, une banlieue d’Accra au Ghana, connue pour être une destination légale et illégale pour les déchets d’équipements électriques et électroniques en provenance de pays industrialisés, où comme les images le montre, des enfants notamment démontent, trient et brûlent des déchets électroniques dégageant de nombreux produits dans l’air, l’eau et le sol, toxiques pour l’environnement et l’homme. Les membres du groupe n’y font aucune apparition laissant le spectateur prendre pleinement conscience de ce que l’être humain fait à la planète et de ce qui se passe là-bas.

Les musiciens poursuivent leur tournée anniversaire durant encore tout l’été et seront notamment dans de nombreux festivals dont Les Ardentes à Liège le 8 juillet, le Sunset Festival à Zürich le 11 juillet ou encore les Arènes de Nîmes le 18 juillet.

Le chanteur annonce la sortie de son septième album studio déjà porté par le premier extrait Je joue de la musique.

Après être revenu en avril avec le single efficace Je joue de la musique, Calogero fait une autre annonce réjouissante pour ses fans, celle de la sortie de son nouvel album studio. En début d’année déjà, l’artiste révélait sur les réseaux sociaux à travers des photos, être à Londres dans les studios d’Abbey Road pour son enregistrement et le 25 août prochain, les fans pourront enfin découvrir le successeur des Feux d’artifice qui paraîtra quasiment trois ans jour pour jour après celui-ci.

C’est ainsi qu’aujourd’hui l’interprète d’En apesanteur a continué de lever un peu plus le voile sur ce septième disque baptisé Liberté Chérie et dont la pochette est pour le moins rock et sexy. Calogero y apparaît torse nu couvert de peinture noire, sa basse à la main. Une pochette rappelant à la fois celle de Pomme C et du précédent opus, Les feux d’artifice.

Liberté Chérie sera disponible dans quelques semaines et pour lequel le chanteur a une fois de plus travaillé avec les auteurs de son album précédent, Paul Ecole (Le portrait), Alex Beaupain (Avant toi) et sa compagne Marie Bastide (Un jour au mauvais endroit).

Un retour dans les bacs forcément très attendu, suite au succès rencontré par Les feux d’artifice, certifié disque de diamant avec 700’000 exemplaires vendus.

Simple Plan faisait son retour en Suisse romande, à la Salle des Fêtes de Thônex à Genève, dans le cadre de sa tournée anniversaire No Pads, No Helmets…Just Balls 15th Anniversary Tour. Le groupe a ravi son public avec sa générosité et des moments inattendus tout au long de la soirée.

La bonne idée du moment, c’est Simple Plan qui l’a trouvée en fêtant sur scène les 15 ans de son premier album No Pads, No Helmets…Just Balls qui n’a pas pris une ride, à la différence de nous autres, trentenaires et fans de la première heure, qui avons vieilli avec le groupe. Ce que les plus jeunes dans la salle, à peine nés à l’époque de la sortie du disque, nous rappellent.

Entendre en live l’intégralité d’un album, dans l’ordre de sa tracklist, c’est assister à un concert pas comme les autres mais un concert de Simple Plan se veut déjà différent des autres. L’énergie, la bonne humeur et l’humour des musiciens sont très communicatifs, ajouté à cela un accent québécois des plus plaisant et le groupe vous embarque dans un plaisir sans fin.

Toutefois, c’est dans un contexte particulier que le groupe se produit sur cette tournée européenne, le leader nous rappelant l’absence de David Desrosiers qui se bat contre une dépression majeure. Un manque que l’on remarque immédiatement. Sa place demeure inoccupée sur scène, comme pour lui dire que tous attendent son retour au plus vite. Les mots de Pierre Bouvier se veulent plein d’optimisme et rassurants pour les fans du bassiste.

The Show Must Go On ! La générosité des québécois est telle que le public à également droit aux singles extraits de tous leurs albums et c’est finalement à 15 ans de carrière auxquels on assiste et à des titres plus joués depuis un certain temps. Les fans se souviendront aussi longtemps de ces moments de partage avec le chanteur qui, lorsqu’il ne joue pas au ballon de plage avec eux, s’invite à leurs côtés le temps d’une chanson, en prenant place dans le fond de la salle.

Le plaisir prit par Simple Plan de rejouer son premier album s’est ressenti et c’est ce qu’il fait sa force, un groupe qui ne triche pas et un disque que l’on écoutera encore dans 15 ans !