Le Lollapalooza a démarré ce jeudi et a déjà connu dès son ouverture l’annulation de plusieurs concerts dont celui de Muse. Le groupe The Killers a ainsi voulu reprendre l’un des tubes du groupe, en son honneur.

Le festival américain du Grant Park à Chicago connaît une édition 2017 bien difficile. L’ouverture ce jeudi 3 août annonçait pourtant une bien belle affiche mais Liam Gallagher gâchait déjà la soirée avec un concert d’une durée de … 20 minutes seulement ! Le britannique de 44 ans a quitté la scène en plein milieu du titre Greedy Soul, ses musiciens terminant le morceau sans lui. L’ex-Oasis a ensuite présenté ses excuses sur son compte Twitter avec ce message : « Désolé aux personnes qui sont venues au concert du Lollapalooza de Chicago hier, j’ai eu un concert difficile hier soir qui m’a flingué la voix. J’ai les boules. »

 

Plus tard dans la soirée, le festival a carrément dû être évacué, suite à une tempête, privant d’autres fans de leurs idoles. Les concerts de Lorde et de Muse ont été annulés. Toutefois, dans son malheur, le Lollapalooza comporte aussi de bien jolies surprises. Les américains de The Killers qui sortiront leur nouvel album Wonderful Wonderful le 22 septembre prochain et qui se produisaient là-bas le lendemain, ont honoré Muse. Le groupe a repris son tube Starlight, devant une foule chantant en choeur le paroles phares du titre : « Our hopes and expectations / Black holes and revelations. »

Les britanniques jouent la carte de l’humour en dévoilant le clip très second degré de leur nouveau single extrait d’un cinquième album attendu dans les bacs pour l’automne.

Les membres de The Darkness sont restés fidèles à eux-mêmes ! Après avoir annoncé la sortie de leur cinquième album Pinewood Smile pour le 6 octobre prochain, les dieux du rock les plus originaux dévoilent le clip du single All The Pretty Girls, aux scènes toutes plus farfelues les unes que les autres.

Le groupe nous invite sur la magnifique côte anglaise de Cornish. Justin Hawkins et sa bande profitent de l’été anglais en rockant, jouant au tennis, conduisant un tracteur et en tentant même de jouer des solos de guitare tout en surfant, parmi tant d’autres activités maritimes diverses et variées. Une vidéo donc amusante accompagnée d’un petit mot du groupe sur sa page Facebook :

« Chers gens d’internet,

Nous avons fait cette excellente vidéo pour vous distraire de la banalité monotone de l’existence. En regardant le clip de The Darkness, vous serez transporté dans un monde inaccessible d’émerveillement. En outre, nous vous recommandons d’acheter notre nouvel album, pour lequel la vidéo ci-dessus sert d’amuse-bouche. »

On retrouve avec ce nouvel album The Darkness dans une forme olympique et des morceaux toujours plus acérés, drôles, contagieux et brillants. Un cinquième opus que le groupe présentera sur scène avec sa nouvelle tournée dès le mois d’octobre et qui passera le 19 novembre au Trabendo à Paris.

Tracklist de Pinewood Smile :

1. All The Pretty Girls

2. Buccaneers Of Hispaniola

3. Solid Gold

4. Southern Trains

5. Why Don’t The Beautiful Cry ?

6. Japanese Prisoner Of Love

7. Lay Down With Me, Barbara

8. I Wish I Was In Heaven

9. Happiness

10. Stampede Of Love

 

Le trio belge toujours en tournée avec son dernier album dévoile son nouveau projet musical pour le film d’animation Bigfoot Junior.

Après quatre albums, Puggy a repris le chemin du studio d’enregistrement afin de travailler sur de nouveaux morceaux mais pas pour lui. Le groupe s’est lancé un nouveau défi et s’est ainsi laissé séduire par le film d’animation belge Bigfoot Junior pour lequel il en a écrit la bande originale. Toujours en tournée avec son disque Colours paru en avril 2016 et porté par les singles Lonely Town et Soul, Puggy est donc là où on ne l’attend pas !

Une première B.O. pour le groupe affichant plus de dix ans de carrière, conquis par l’histoire du film et cette « tendresse dans l’image qu’on ne peut pas enlever », a déclaré Romain Descampe, bassiste du groupe, au site belge 7sur7. Le trio dévoile ainsi la chanson du générique baptisée Simple Feelings et disponible sur les plateformes de téléchargement mais la grosse surprise de ce morceau entraînant tient encore dans la voix que l’on entend qui n’est pas celle de Matthew Irons mais de Egil « Ziggy » Franzén, le batteur !

Bigfoot Junior raconte l’histoire d’Adam, un jeune garçon qui vit seul avec sa mère. Il découvre un jour des indices sur son père disparu et décide de découvrir ses origines. Adam part à la recherche de réponses et découvre que son père n’est autre que le Bigfoot. Il se découvre également des capacités surhumaine. C’est alors que des scientifiques capturent le Bigfoot. Adam et ses nouveaux amis, un pivert, une écureuil, deux ratons laveurs et un ours, s’en vont à son secours. Commence alors une aventure et quelle aventure !

Le film est sorti sur les écrans aujourd’hui 2 août tout comme la bande originale entièrement composée par les membres du groupe. 1h20 de musique et six chansons accompagnent ce long-métrage pour enfants.

En pleine tournée des stades pour célébrer les 30 ans de l’album The Joshua Tree, les irlandais en profite pour tourner le clip de leur nouveau single.

De passage dans la capitale néerlandaise les 29 et 30 juillet pour deux concerts à l’Amsterdam Arena, U2 ne s’est pas contenté d’électriser l’enceinte du stade puisqu’il s’est également arrêté dans le nightclub Westerunie à Westergasfabriek, pour y tourner son nouveau clip.

Des images live pour cette nouvelle vidéo et un titre que le groupe a joué cinq fois en live, en plus des parties pré-enregistrées, devant un public restreint, entre 200 et 300 fans triés sur le volet. Etonnement, il ne s’agit pas du morceau inédit The Little Things That Give You Away interprété actuellement sur le Joshua Tree Tour 2017 dont au Stade de France la semaine dernière et extrait  du prochain album Songs of Experience mais d’un titre baptisé The Blackout, pour lequel le public a rapidement retenu le refrain, selon plusieurs sites dont U2france.com.

La session d’enregistrement terminée, U2 a également fait découvrir un autre titre, The Lights of Home ou Lights to Home. Les fans présents ont pu décrire ces deux chansons, la première comme entraînante, dans le genre années 90, avec une large présence de basse et de guitare et un rythme qui pourrait être assimilé à un mélange de Vertigo époque Achtung Baby et plus lente et plus ambiante pour la seconde. On a hâte d’entendre le résultat !

The Blackout pourrait sortir en septembre quant au 14ème album studio, Songs of Experience, celui-ci pourrait être dans les bacs en décembre prochain.

Quatre ans après son dernier album, le groupe lève le voile sur son prochain disque en dévoilant son nouveau single.

Après l’annonce choc l’an dernier pour les fans de Franz Ferdinand, apprenant le départ du guitariste Nick McCarthy, voulant consacrer plus de temps à sa famille, on se doutait bien que le groupe ne s’arrêterait pas sur cette séparation et nous l’a bien prouvé ces derniers mois.

Alex Kapranos et sa bande ont en effet participé en octobre dernier, avec le titre Demagogue, au projet musical 30 Days, 50 Songs, une playlist de chansons anti-Trump, alors en pleine campagne de l’élection présidentielle américaine mais sont surtout remontés sur scène au printemps dernier, sans même avoir sorti le successeur de Right Thoughts, Right Words, Right Action paru en 2013. Toutefois, les fans sont bien présents sur cette tournée des festivals européens open air et retrouvent un groupe toujours aussi énergique présentant son nouveau line-up. Le trio originel est à présent accompagné de Dino Bardot, guitariste, et Julian Corrie, claviériste et guitariste également. Les deux musiciens rejoignent donc officiellement Franz Ferdinand, qui se présente désormais sous la forme d’un quintette.

Si les écossais sont très attendus sur scène ils le sont tout autant dans les bacs, après quatre albums sous leur nom et un au sein de FFS et les tubes Take Me Out, Ulysses, No You Girls ou encore Love Illumination, ils dévoilent ainsi sur la plateforme de streaming Spotify un nouveau single baptisé Unravelled accompagné d’une pochette vintage.

Le groupe n’a rien dévoilé d’autre concernant l’arrivée d’un cinquième album studio mais il semblerait bien que ce nouveau morceau fasse office de premier extrait de celui-ci. Les musiciens devraient certainement faire plaisir à leurs fans en la jouant en live notamment le 12 août au Rock Oz’Arènes à Avenches et le 25 août au Rock en Seine à Paris.

Le groupe américain a sorti ce 28 juillet l’album live Unpeeled dont il dévoile pour l’accompagner une version inattendue du tube de Daft Punk et Julian Casablancas.

C’est dans une atmosphère plus calme que le groupe rock fait son retour dans les bacs car après cinq albums studio dont Tell Me I’m Pretty paru en 2015 et récompensé d’un Grammy Awards, Cage The Elephant sort le live Unpeeled, réarrangeant ses morceaux pour leurs donner une ambiance acoustique et symphonique.

Après avoir sorti quelques titres dont Sweetie Little Jean et Rubber Ball extraits de ce disque, les américains dévoilent aujourd’hui une surprenante mais néanmoins réussie reprise d’un tube de Daft Punk. Sur cette tournée, le groupe reprend trois titres, Golden Brown (The Stranglers), Whole Wide World (Wreckless Eric) et Instant Crush de Daft Punk et Julian Casablancas, issu de l’album Random Access Memories (2013). La voix de Matt Shultz et ces nouveaux arrangements arrivent presque à nous faire oublier la version originale qui fut l’un des meilleurs morceaux de l’album du duo français. « Souvent, vous ajoutez des couches de sons comme si vous cherchiez à vous cacher derrière et ce que vous ne réalisez pas c’est la vulnérabilité et la simplicité qui peuvent être les choses les plus intéressantes d’une chanson », a déclaré le chanteur au site britannique NME.

Au total, 21 chansons composent ce Unpeeled enregistré lors d’une série de concerts à Los Angeles, Washington DC, Knoxville et Nashville et disponible depuis le 28 juillet.

Le duo parisien poursuit l’exploitation de son EP Leave Them All Behind paru en juin dernier avec le clip de son second extrait.

En début d’année et après cinq ans d’absence, The Penelopes faisait son retour avec le single Tina annonçant ainsi la sortie d’un nouveau disque. Après quatre albums, le duo originaire de Paris mais installé à Londres a sorti son premier EP cinq titres, Leave Them All Behind, le 30 juin dernier. Le groupe connaît une belle carrière outre-Manche, les britanniques tombent sous le charme de ces frenchies. Ils assurent les premières parties de The Human League lors d’une tournée européenne, dont une date au Royal Albert Hall, rencontrent leurs idoles, tapent dans l’oeil de Robert Smith et ils se retrouvent à signer un remix pour The Cure qui fait date. C’est à partir de là que tombent toutes les demandes de remix, pour Tom Tom Club, Pet Shop Boys, Say Lou Lou, Lana Del Rey…

Le style de The Penelopes est forcément marqué et inspiré par la musique anglo-saxonne et continue de nous faire danser avec ses nouveaux morceaux. C’est ainsi que Axel Basquiat et Vincent T nous font découvrir leurs nouvelles compositions où toutes les chansons de Leave Them All Behind ont un point commun, elles parlent toutes de la solitude et de l’isolement. Un voyage où chaque morceau devient ainsi une traversée de tunnel où l’on peut apercevoir une lumière au bout. Les artistes viennent de dévoiler le clip de leur second extrait Roses qui illustre justement à merveille les sentiments de cet EP. Retraçant l’histoire d’amour d’un couple qui s’éloigne tout en chorégraphie et à coup de flèche ornées de roses, jusqu’à se perdre définitivement.