Bastian Baker en interview : « C’est toujours autant surprenant de voir que les gens prennent autant de temps pour nous »

Publié: 10/11/2016 dans Interviews

Bastian Baker faisait son retour à Paris, ce mercredi 9 novembre, dans le cadre d’une tournée acoustique où il se produisait au Théâtre Les Etoiles. C’est lors d’une pause durant le soundcheck que l’artiste a accepté de répondre à quelques questions et de revenir sur son dernier album Facing Canyons et de parler de ce concert parisien.

bastian-baker

Ton troisième album Facing Canyons est sorti il y a un an en Suisse et depuis le 30 septembre seulement en France et ailleurs dans le monde. Quels sont les retours pour le moment ?

C’est toujours sur le long terme qu’on voit comment un album vit ou va vivre mais là où on est content des résultats c’est que depuis qu’on a mis l’album en international sur des plateformes comme Spotify, on a gagné un nombre conséquent de followers au mois, on est passé de 27’000 à quasiment 90’000. Du coup, c’est vraiment beau de voir que le fait de publier la musique et de la rendre disponible à l’international a crû en following. Après j’ai pas vraiment encore tourné dessus, donc on verra si les gens ont déjà écouté le nouvel album ou si ils sont restés à I’d Sing For You.

Sur cet album, tu y as mis de nouveaux instruments, trompette, saxophone, banjo, … Des nouveaux genres musicaux. D’où t’es venu ces envies ?

J’en ai jamais vraiment aucune idée. Par exemple, I Want You qui est la chanson funk, c’est une chanson pop basique et ça me saoulait d’en faire une chanson pop basique donc on a travaillé autour et on a trouvé ce truc un peu funky à l’arrache et on l’a gardé comme ça. On s’est demandé aussi si on devait plus produire ou peut-être perfectionner un petit peu plus puis finalement, on l’a gardée un peu root, on a gardé d’ailleurs les rires du début. C’était l’ambiance du studio. Après je pense que je suis influencé par ce que j’écoute et inspiré par les sonorités américaines.

Ce soir, tu retrouves ton public parisien après deux ans d’absence ici et ton dernier concert à La Maroquinerie. Déjà ça te fait quoi de revenir jouer à Paris ?

C’est chouette, j’aime bien être par ici, j’ai mes petites adresses, j’ai mes potes et si il y a bien un truc que j’aime en France c’est le public. C’est la seule raison de mon retour d’ailleurs et du coup, j’espère que les gens qui viennent ce soir seront contents de nous voir autant qu’on l’est de jouer pour eux.

Puisque tu parles du public, il est que 15h et il y a déjà quelques fans qui attendent devant la salle. Qu’est-ce que tu te dis en sachant cela ?

Pour moi, c’est toujours autant surprenant de voir que les gens prennent autant de temps pour nous. Moi quand je vais à un concert, j’ai plutôt l’habitude d’arriver 5 minutes en retard. Mais je trouve beau cet attachement et cette quasi dévotion. Après eux ils viennent aussi parce qu’ils savent qu’ils auront peut-être l’occasion de me parler avant et il y a aussi un côté être proche de l’artiste. Mais je leur conseille toujours d’aller boire un café et de se mettre au chaud, surtout en cette période.

Tu joues au Théâtre Les Etoiles, une salle intimiste. Tu étais seul durant le soundcheck mais comment va se passer le concert de ce soir ?

Il y aura Simon avec moi et pour toute la tournée en mode acoustique. On revisite les chansons et nous ça nous fait plaisir, c’est plus adapté aux salles de faire un truc comme ça.

Le fait que tu joues à Paris, on pense à ton titre Charlie From Sydney, sur ton dernier album, au sujet des attentats dont celui de Charlie Hebdo. Ce soir, tu l’aborderas de quelle manière ?

J’en sais rien encore. Il est vrai que c’est une chanson assez forte, surtout ici. Des fois je fais des petites présentations, j’explique un peu le contexte, des fois je le fait pas. Franchement, je sais pas encore mais c’est clair que jouer cette chanson ici, c’est très particulier.

T’as joué de nombreuses fois à Paris, quels sont tes meilleurs souvenirs de scène ici ?

La Maroquinerie c’était vraiment chouette, on a joué longtemps, on était bien déchaîné, ça reste mon meilleur souvenir.

C’est ta première date française sur cette tournée, t’en prévois d’autres ?

Pas d’autres pour le moment. On commence avec ça et on verra après si on étend un petit peu.

Pour terminer, je te laisse le mot de la fin, si tu veux rajouter quelque chose.

Vive la vie, soyez gentils et aimez-vous, tous autant que vous êtes.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s