18ème Fête de l’Espoir: retour sur les moments marquants de la soirée

Publié: 29/05/2016 dans Live Reports

Ce samedi 28 mai à Genève, se tenait l’incontournable Fête de l’Espoir. Avec son affiche aussi belle d’année en année, cette 18ème édition a eu son lot d’artistes très attendus mais aussi de jolies surprises de la part de certain. Retour sur les meilleurs moments et ce qu’il ne fallait pas rater.

Fête Espoir

L’évènement musical gratuit a une fois encore laissé de bons souvenirs plein la tête. Si l’on a pu constater des spectateurs moins nombreux que les autres années, quelques artistes étaient tout de même très attendus, en particulier les têtes d’affiche et les fidèles de cette soirée. Les artistes se produisant bénévolement et ayant carte blanche, cela amène souvent à de jolies surprises.

Navii, 21 ans et l’une des dernières découvertes de la scène française qui sortira son premier album Tout se donner ce vendredi 3 juin se produisait pour la première fois en Suisse. Le grain de voix et les beaux yeux bleus de l’artiste en ont fait succomber plus d’une mais c’est sans compter sur ses singles dont le succès J’écoute du Miles Davis et sa reprise de Zaz, Ebloui par la nuit, que le chanteur a ravi le public. Navii fait aussi preuve d’une simplicité, d’un naturel et dégage l’image d’un artiste très accessible, car le chanteur s’est mêlé à la foule durant d’autres concerts et à l’extérieur.

 

MC Solaar, le plus fidèle de la Fête de l’Espoir, revenait pour la 14ème fois consécutive. Le rappeur toujours très attendu à une fois de plus rassembler la foule à l’intérieur de la salle, la remplissant. Malgré un show plus court que d’habitude, l’artiste accompagné de Bambi Cruz et de Linda a fait danser le public sur Inch’Allah et chanter sur Caroline.

 

Axel Bauer, autre fidèle qui lui revenait deux ans après son dernier passage dans ce lieu, fut un invité pas comme les autres, ce soir-là, présenté comme l’invité surprise de cette 18ème édition, car l’artiste fut annoncé il y a seulement quelques jours. Axel Bauer est venu seul avec sa guitare le temps de deux titres. A ma place et bien sûr le tube Cargo de nuit, deux morceaux pour lesquels les spectateurs ne se sont pas faits prier pour les reprendre en choeur.

 

Cali a prouvé ce samedi soir que les rêves et les espoirs pouvaient se réaliser. 18 ans que le fondateur de l’évènement attendait sa venue et qui fut enfin chose faite cette année. Mais Cali a livré une prestation à la hauteur des attentes de tous. Le chanteur tenait à donner du plaisir aux spectateurs. Une première chanson où l’artiste se fait porter par la foule, une seconde où il fait monter les photographes et cameramen sur scène, jouant avec eux et leur matériel et dansant avec une photographe. Un troisième titre, C’est quand le bonheur, où cette fois-ci, il invite le public à monter à ses côtés mais si son live prend une tournure plus calme, à un moment donné, ce n’est que pour mieux retourner au coeur de la foule puisque Cali termine son show avec Elle m’a dit, dans les gradins.

 

Elipsis, une nouvelle découverte qui était à ne pas rater. Musiciens de rue repérés à Annecy, le duo encore inconnu a conquis la salle. Les deux jeunes hommes ont fait découvrir leur univers composé d’une musique pop-folk envoûtante, de reprises et de compositions que l’on pourra retrouver sur leur premier album dont la parution est prévue pour la fin de l’année. Deux guitares, deux voix, deux talents, et si Elipsis était les futurs Fréro Delavega ?

Puggy, en dix ans de carrière et quatre albums, le groupe belge se produisait pour la première fois à la Fête de l’Espoir et quand Matthew Irons et sa bande viennent en Suisse romande, mieux vaut en profiter, car on ne sait jamais quand on va les revoir dans cette partie du pays. Le trio est venu avec son énergie, sa bonne humeur, ses tubes et ses titres issus du nouvel album, Colours. Bien que démarrant sur le nouveau single dansant électro-pop, Soul, le public, un peu timide, a mis du temps à se mettre dans l’ambiance mais a rectifié cela avec les anciens singles, tels que When You Know et How I Needed You. Puggy a néanmoins surpris ses fans en ne jouant pas Lonely Town, le premier extrait de Colours.

 

Et pour que la Fête de l’Espoir continue de donner du rêve aux genevois, une pétition est en ligne afin de la sauver et pour que la Ville de Genève subventionne à nouveau l’évènement. Cette édition 2016 n’a pas pu en profiter, suites aux coupes budgétaires qui menacent la culture du canton.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s