« Blackstar », le testament de David Bowie

Publié: 11/01/2016 dans Albums

Le dernier album de David Bowie, Blackstar, prend subitement une allure sombre et s’écoute différemment en nous laissant penser que l’artiste voulait nous dire adieu à travers celui-ci.

david bowie

Le 8 janvier dernier, jour même de son 69ème anniversaire, l’artiste nous revenait avec son 25ème album studio. Un disque de 7 titres pour une durée de 40 minutes et dont David Bowie ne cherchait pas le tube ou le morceau pouvant être diffusé facilement en radio mais s’inscrit encore une fois comme un opus réussi et où sa voix est toujours aussi parfaite. Ce dernier fut enregistré à New York avec six musiciens de jazz: le saxophoniste Donny McCaslin, le tromboniste Ryan Keberle, le claviériste Jason Lindner, le batteur Mark Guiliana, le bassiste Tim Lefebvre et le guitariste Ben Monder. Des instruments bien présents sur l’album et qui par moment s’emballent.

Et en novembre dernier, après avoir annoncé son retour, Bowie commençait à nous dévoiler ce disque à travers le premier single Blackstar. Un morceau jazzy utilisé pour le générique de la série Panthers mais aussi très étrange tout comme son clip, des plus inquiétants et fascinants. Un court-métrage pour coller au titre long de dix minutes. Tis a Pity She Was a Whore se montre très rythmé et laisse une place importante au saxophone avec de longs solos. La ballade Lazarus et second single dont le clip a été dévoilé la veille de la sortie du disque, nous fait planer. Il s’agit aussi d’une chanson tirée de la comédie musicale du même nom à laquelle le chanteur a participé pour l’écriture. Le morceau suivant n’est pas inconnu. Sue (Or In a Season of Crime) était sorti en 2014 à l’occasion du best of Nothing has Changed qui marquait les 50 ans de carrière de Bowie. Toutefois, l’artiste y a fait des réarrangements et offre une version plus rythmée. Girl Loves Me est un petit bijou. Côté musique, son rythme donne envie de se déhancher quant à la voix de Bowie, elle est des plus sexy. Avec Dollar Days, l’artiste nous envoie une belle ballade planante. Enfin, l’opus se termine par I Can’t Give Everything Away. Un titre que l’on écoute à présent autrement puisque David Bowie chante qu’il ne peut pas nous donner plus, et le fait en continu jusqu’à la fin du morceau.

David Bowie nous laisse un bel héritage derrière lui, que ce soit avec Blackstar, comme avec son œuvre toute entière. Tout au long de sa vie il s’est réinventé et on a juste envie de lui dire merci.

David Bowie

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s