Calogero remarquable à Paris Bercy

Publié: 23/11/2014 dans Live Reports
Six ans après son dernier passage à Paris Bercy, Calogero y faisait son retour ce samedi 22 novembre et jouait à guichets fermés. Un concert à la hauteur de la salle, grandiose.

Calo Bercy

La tournée de Calogero avec son dernier album paru le 18 août, Les feux d’artifice, et démarrée au début du mois, s’arrêtait à Bercy, quatre ans jour pour jour après la sortie de son best-of V.O – V.S. et profitant ainsi de la réouverture provisoire de la salle, actuellement en travaux de rénovation et d’agrandissement.

Une soirée qui s’est déroulée à la perfection, débutant par deux premières parties, d’abord avec l’élégance de Karen Brunon puis avec le charme de Corson.

Et c’est à 21h que le gagnant du prix RTL de l’album de l’année fit son entrée pour deux heures d’émotion, de partages, d’échanges et de moments inattendus. Mais il n’en a pas fallu beaucoup à Calogero pour que le public des gradins se lève. Il s’exécuta dès la première chanson, tandis que lui est au sommet de cette scène de plusieurs mètres de haut, où est placé son piano. L’artiste reste « Fidèle » à lui-même, simple et proche de ses fans et alors que Pomme C, La bourgeoisie des sensations et Prendre racine défilent, Calogero laisse éclater sa joie en lançant: « Quel pied de vous retrouver à Bercy ! » Un plaisir partagé par les 17’000 spectateurs qui ont pu revivre en live les meilleurs tubes du chanteur, son dernier album certifié double disque de platine et ses deux singles extrait, Un jour au mauvais endroit avec les paroles qui s’affichent sur les six écrans central et dont la phrase choc « Plus jamais ça » est reprise par toute la salle, le poing levé, et le sublime Le portrait.

Toutefois, si la setlist reste inchangée, une chanson peut parfois réserver des surprises aussi bien pour l’artiste comme pour le public. Calogero interprète au piano son très beau titre Danser encore, lorsqu’il fut interrompu par le cri d’engouement d’une fan, ce qui le fit partir dans un fou rire, avant de reprendre le morceau là où il s’était arrêté. Cependant, les spectateurs ont tous montré leur amour pour lui en l’acclamant à plusieurs reprises et quant à Calogero, il a offert un final qu’ils n’oublieront pas en terminant avec Les feux d’artifice, basse blanche qui s’illumine mais surtout en descendant de la scène et en longeant le premier rang pour ainsi être au plus près de son public.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s