Bastian Baker a donné un show jusque sur la pelouse au Paléo Festival 2014

Publié: 23/07/2014 dans Live Reports

Le vaudois Bastian Baker revenait pour la deuxième année consécutive au Paléo Festival et a eu l’honneur d’ouvrir la Grande Scène du premier jour de cette 39ème édition, ce mardi 22 juillet.

Bastian Baker

Entre deux festivals, Bastian Baker a accepté de remplacer au pied levé le français Gaëtan Roussel au Paléo, qui a dû annuler sa venue suite à une mauvaise chute survenue à Paris lors du Festival Fnac Live. A seulement 23 ans, l’artiste suisse est le seul à ce jour, à s’être produit deux ans de suite sur la Grande Scène du Paléo et le moins que l’on puisse dire, c’est que malgré le fait qu’il n’était pas prévu au programme, la foule était bel et bien au rendez-vous, il y avait autant de monde que pour son premier passage, l’an dernier, et les plus jeunes fans avaient, une fois de plus, pris place dans les premiers rangs.

 

18h45, entrée sur scène du chanteur, de ses musiciens et depuis quelques temps, d’une choriste. Baker a laissé tombé ses T-shirts habituels contre une chemise noire très classe et débute avec quelques mots adressés à Gaëtan Roussel en lui souhaitant un prompt rétablissement puis démarre son concert en douceur avec le titre You’re The One mais dès le deuxième morceau, le rythme s’accélère. Le suisse joue un nouveau titre intitulé Texas, très country et que toute la bande avait joué lors du concert surprise donné le 19 juin dernier, pour l’ouverture du ZR Live Music, a Echallens, la petite salle de concert tenue par son bassiste, Chris Zindel.

 

L’auteur-compositeur-interprète ne s’essouffle pas, son humour qui plaît tant est toujours présent et continue de jouer ses morceaux les plus connus, une reprise de Don McLean, American Pie, et bien entendu une partie de ses deux albums avec quelques belles surprises et moments inattendus. Certaines chansons ont été réarrangées telles que Prime sur laquelle l’artiste a montré l’étendue de sa voix, Song For E.V. avec une intro différente où lui et son bassiste ont partagé le même micro ou encore le sublime et prenant Give Me Your Heart, très voire même trop rarement chanté. Mais Bastian Baker a pris de court tout le monde lorsqu’il est descendu de la scène, a traversé les spectateurs qui se tenaient sur la pelouse ou plutôt dans la boue, ce jour-là, et tout en chantant Never In Your Town, est monté jusqu’au sommet du terrain. Du jamais vu au Paléo Festival.

 

Bastian Baker ferme son concert avec son dernier single en date, Dirty Thirty, et laisse une nouvelle fois, le souvenir d’un show réussi et d’un artiste qui n’a pas changé.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s