Julien LOko en interview à l’occasion de son concert à l’Entrepôt de Paris

Publié: 23/03/2014 dans Interviews

Julien LOko itw

Julien LOko se produisait à l’Entrepôt de Paris, ce 21 mars dernier, et a accordé un peu de son temps, juste après les balances, pour une interview dans laquelle il parle de son nouvel album Graffiti Cowboy, de la scène ou encore de son public.

 

 

 

 

 

 

 

 

Lors de la dernière interview, tu disais être impatient que ton album Graffiti Cowboy sorte, maintenant qu’il l’est, quels sont tes impressions ?

Je suis super content de la réaction des gens et des médias, c’est hyper positif parce que j’ai vraiment donné beaucoup de choses dans cet album, que ce soit au niveau musical comme au niveau implications, c’est un moment musical que je donne et c’est super parce que du coup c’est accueillit sans prise de tête, sans préjugés et sans avis tout fait. Mais même si il y a du négatif, des gens qui n’aiment pas forcément, ça suscite, en tout cas, un intérêt et c’est ce qui m’intéressais sans vouloir révolutionner le genre, mais en tout cas faire la musique qui me touche, qui me plaît et que j’avais envie de partager.

Ces retombées positives te permettent-elles de monter sur scène plus sereinement ?

Oui et ça permet même d’aller plus loin, de retravailler une version live très différente que celle de l’album pour que les gens qui l’ont aimé viennent découvrir une nouvelle vision du répertoire. Je trouve que c’est important et j’ai eu l’occasion de la travailler avec une équipe passionnée de musique, l’équipe des Voix du Sud, donc c’était super de pouvoir travailler dans ce sens là et ça me rend encore plus impatient. C’est le deuxième temps puisque après la sortie de l’album, il y a la scène et c’est génial !

Les internautes t’on aidé à financer l’album sur KissKissBankBank, as-tu eu des craintes que certains d’entre eux ne puissent pas l’aimer, une fois sorti ?

Non parce que j’avais testé toutes les chansons en live pendant la contrepartie, donc du coup les gens connaissaient les chansons, je me suis permis une surprise sur l’album, un titre que les gens adorent, un duo avec Joko qui s’appelle Zombie Deluxe, donc pas du tout de craintes et ça s’est fait sans ombre.

Comment est né ce duo avec Joko ?

Je sortais du studio où je venais d’enregistrer le EP et dans le train j’écoutais les mixes, puis je suis allé sur Deezer où elle était en coup de coeur et j’ai écouté son album que j’ai trouvé génial et je me suis dit qu’il fallait trop faire un duo avec elle. Donc on lui a écrit pour lui proposer un duo LOko/Joko et ça s’est fait hyper naturellement.

Verra t-on ce duo un jour en live ?  

On va essayer de faire en sorte qu’elle soit là sur les prochaines dates mais j’ai un concept plus fort c’est que les gens qui ont écouté l’album, pour eux, le duo LOko/Joko, c’est un peu comme si c’était le chat qui est avec moi, « Zombie », comme si c’était un duo avec mon chat, donc c’est très drôle et je me dis que c’est un truc à garder, j’aimerais bien faire un duo avec mon chat sur scène.

Ce soir, tu joues à l’Entrepôt et tu fais, en ce moment, des petites salles. On arrive facilement à capter l’attention d’un public restreint ?

Avant la tournée de Dracula, j’ai fais dix ans de café-concert dans des pubs avec un public qui ne me connaissait pas et qui ne m’écoutait pas, donc j’ai appris à captiver les gens, à les intéresser avec mes chansons. Là, la chance que j’ai, c’est qu’il y a toujours un public qui se déplace pour venir me voir donc il y a déjà une partie conquise. L’autre, c’est les gens qui n’auraient pas adhéré à l’album ou qui ne connaisse pas, il faut les surprendre avec quelque chose de nouveau en live et c’est ce que j’essaie de faire avec cette version. Il y a beaucoup de machines, d’électro, il se passe pleins de choses avec les mains, c’est très visuel.

Et tu as réussi à toucher un public assez large…

Depuis la Nouvelle Star, ça a fédéré beaucoup de monde, de générations et d’univers musicaux très différents et très fidèle. Il y a des gens qui suivent depuis le début et ça grandit de jour en jour.

Julien LOko 1

As-tu un rituel avant de monter sur scène ?

Non. Peut-être le truc que je fais inconsciemment ou consciemment c’est que j’ai toujours une pensée pour Jeff Buckley, avant de monter sur scène. J’y pense, c’est tout.

Et on se souvient de ta reprise de Hallelujah

Ca m’a beaucoup porté, il y a un lien vers cet artiste qui m’a vraiment marqué, que j’ai découvert une nuit à quatre heures du matin, grâce à un copain qui m’a fait écouter l’album et oui, j’ai toujours une pensée.

Qui sont les musiciens qui t’accompagne sur scène ?

On est une formule très légère, on est deux ou trois maximum, parce que je voulais faire quelque chose de très différent. Il y a Octave, pianiste, guitariste, chanteur et multi instrumentiste et Guillaume à la batterie. Quand on peut faire la formule trio, on est bass, batterie, guitare avec beaucoup de machines.

Laisses-tu une part d’improvisation en live ?

C’est la première fois que je répète et que je travaille autant donc il y a un peu moins de liberté, mais j’aime bien. Longtemps, avec le café-concert, j’ai fais très libre, là c’est réduit et c’est hyper important pour moi aujourd’hui, d’avoir cette rigueur là, parce que ça présente l’album en live de façon presque aussi impeccable que sur le disque, donc c’est très différent mais je trouve ça super !

Tu est très cinéphile, tu es aussi réalisateur. Aurais-tu l’envie, un jour, de composer une musique de film ? Ou as-tu déjà eu une proposition ?  

J’ai envie mais on me l’a pas encore proposé. Par contre, j’ai fais des B.O pour des pièces de théâtre, ce qui est un exercice assez différent et c’est hyper intéressant parce que c’est un spectacle vivant et donc quand on a ses chansons avec les comédiens qui jouent et la musique derrière, je l’ai déjà fait. Pour le cinéma, je le ferai volontiers, si ça se présente.

Y aura-t-il des concerts en dehors de la France ?

Comme on est en indé, les dates on les montent nous-même et il faut un réseau ou des connaissances. Il y a une structure qui fait que pour la France, on peut établir des dates mais pour l’étranger c’est toujours un peu plus compliqué.

Penses-tu déjà au prochain single ou au titre que tu aimerais mettre en avant ?

Non, je les aimes tous (rires) ! Si je pouvais, je ferai un clip pour chaque chanson ! Et pour l’instant, on a sorti le teaser de Déshabille toi pour intéresser les gens qui ne connaîtraient pas l’album et le répertoire. Pour identifier qui est Julien LOko et un son. On s’en sert comme d’un spot publicitaire et pour dire que ce que vous voyez là, vous le verrez sur scène mais sans les flashs (rires) !

As-tu un petit mot à dire à tes fans ?

J’ai toujours pleins de choses à dire. C’est grâce à eux que cette album existe, qu’on peut faire des dates, j’ai voulu donner énormément sur cet album et je suis toujours hyper touché de voir tout ce qu’ils me donnent. De voir qu’ils sont là, qu’ils se déplacent, qu’ils attendent, qu’ils connaissent les chansons, c’est hyper fort. Ils sont hyper attentifs à tout, c’est un public en or.

Retrouvez les dates des concerts de Julien LOko sur son site officiel www.julienlokomusic.com

Le dernier clip Tout ça n’est pas très grave en duo avec Anaïs Delva:

 

Le teaser Déshabille toi pour l’album Graffiti Cowboy:

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s